200 TEASER SEGOLENE ROYAL

Ségolène Royal, ministre de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer, sera cette semaine l’invitée de « Dimanche en politique », le magazine politique de France 3.

Elle sera interrogée par Francis Letellier avec à ses côtés, Françoise Fressoz, éditorialiste au Monde.

FLETELLIER SROYAL REA_XPOPY DIMPOL

Au sommaire :

Présidentielle ; Les raisons d’une folle campagne ?
Le système des primaires ouvertes en question ?
La gauche sera-t-elle écartelée entre Hamon, Mélenchon et Macron ?
La droite n’a plus de candidat incontestable ?

SROYAL REA_XPOPY_DIMPOL

Ségolène Royal, Ministre de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer, en charge des relations internationales sur le climat était invitée de "Dimanche en politique ce dimanche 5 février. Face à Francis Letellier et Françoise Fressoz, éditorialiste au Monde, la numéro 3 du gouvernement s’est évertuée à tracer les grandes lignes de son bilan sur la transition énergétique en demandant à tous les candidats de ne pas proposer des choses qui ont déjà été réalisées. Elle a évalué à 100 000 emplois sur trois ans l’objectif qu’elle juge tenable d’emplois verts.

 

Interrogée à plusieurs reprises sur son soutien à Benoît Hamon ou Emmanuel Macron, Ségolène Royal déclare : "Je m’entends très bien avec tous les deux." Mais elle ajoute qu’elle ne donnera son soutien à personne avant d’avoir entendu tous les programmes. Elle indique : "On verra si je peux être utile dans le débat présidentiel avec tel ou tel candidat". Elle décoche aussi un coup de griffe à E. Macron qui, en ce début février, n’a toujours pas offert programme précis.

Le revenu universel, une idée "injustement caricaturée"

Ségolène Royal défend par ailleurs le revenu universel présent dans le programme de B. Hamon "injustement" attaqué par Manuel Valls… et E. Macron : "Je trouve que son idée a été injustement caricaturée, il se n'agit pas d'un outil de découragement du travail" Elle n’épargne pas le candidat de la France en marche : "On ne comprend pas très bien pourquoi E. Macron veut alléger l’ISF. Il y a plus urgent."

 

Face à l'affaire Fillon, Ségolène Royal estime "qu'on a beaucoup trop parlé de cette histoire. Il faut que la justice dise ce qu'il en est pour que chacun prenne ses responsabilités", assurant que cette affaire "étouffe et pollue la campagne présidentielle".

 

Toute l'équipe du magazine ici

 

A la fin du magazine, l'invité (e) politique  nous expose son instantané  par son "smart phone" et nous explique son choix :

 

L'INSTANTANE