TEASER DIMPOL A_GIRARDIN

Le 23 juin, Annick Girardin, ministre des Outre-Mer, est l’invitée de "Dimanche en politique", le magazine politique de France 3. Elle est interrogée par Francis Letellier, avec à ses côtés Anne Rosencher, directrice déléguée de L’Express.

Au sommaire

- Annick Girardin a lancé le "Livre bleu outre-mer" bien avant le grand débat national et les "gilets jaunes". Pour quel bilan ?

- Faut-il assouplir les réformes pour s’adapter aux difficultés des territoires ultramarins ?

- Santé, environnement, chômage, quel est l’envers du décor de la carte postale touristique ?

- Y a-t-il un virage politique durable dans le vote RN en outre-mer ?

LETELLIER AVEC GIRARDIN MEDIA DIXIT WORLD

CITATION AIME CESAIRE MEDIA DIXIT WORLD

Légaliser le cannabis. Une question épineuse posée par Francis Letellier à Annick Girardin dimanche 23 juin. À titre personnel, la ministre des Outre-Mer voudrait travailler sur le volet thérapeutique de cette plante, sans prendre une position claire sur sa consommation récréative.

Le journaliste poursuit ensuite sur le trafic de cocaïne qui sévit entre les territoires ultramarins, notamment en Guyane, et la France. "Il faut qu'on mette des moyens encore supplémentaires, à partir de la Guyane comme à l'arrivée à Paris, nous devons être mieux équipés pour y répondre", concède la ministre.

GIRARDIN CANNABIS MEDIA DIXIT WORLD

Prolifération des sargasses en outre-mer

Face à la prolifération des sargasses, une algue qui sévit particulièrement aux Antilles, des élus locaux demandent le classement de leur commune en catastrophe naturelle pour pouvoir être indemnisés. "On ne peut pas aujourd'hui (...) ce n'est pas une catastrophe naturelle parce qu'une catastrophe naturelle a un début et une fin", explique Annick Girardin. La nomination d'un délégué interministériel aux risques naturels permettra, selon la ministre, un meilleur dialogue entre les parties concernées.

GIRARDIN SARGASSES 1 MEDIA DIXIT WORLD

GIRARDIN SARGASSES 2 MEDIA DIXIT WORLD

Girardin plaide pour "plus de responsabilités" pour les outre-mer

Paris, 23 juin 2019 -AFP-

La ministre des Outre-mer Annick Girardin a plaidé dimanche pour "plus de responsabilités" pour les outre-mer, dans le cadre de la réforme des institutions, soulignant que c'est la "vision" qu'elle défendra au sein du gouvernement.

Pour la ministre, "sans doute qu'il faut plus de différenciation encore que ce qui est dans le projet" de réforme des institutions qui doit être présenté prochainement en Conseil des ministres.

"Il faut sans doute se dire dans les territoires d'outre-mer, qui sont tellement différents, que la relation doit être contractuelle, sans doute dans une loi organique, c'est ce que proposerai pour chaque territoire d'outre-mer", a-t-elle poursuivi lors de l'émission Dimanche en politique sur France 3. "Ce n'est pas la proposition du gouvernement, mais c'est ma conviction aujourd'hui".

"Je crois aujourd'hui à plus de responsabilités, je crois aujourd'hui à plus d'autonomie sur certains sujets. Je crois à des relations de confiance encore plus importantes", a développé Mme Girardin. "Qu'est-ce que disent les outre-mer ?

On veut davantage décider sur les territoires. Et moi je pense qu'il faut qu'on aille apporter cette réponse. Et cela ne peut se faire qu'avec les élus".

"Moins de sénateurs et moins de députés mais beaucoup plus de responsabilités locales. Je pense qu'il faut le porter comme cela. C'est ma vision et ce n'est pas dans le projet du gouvernement. Et c'est ce que je vais défendre", a encore affirmé la ministre.

Sur la question de la diminution du nombre d'élus, Mme Girardin a souligné que "ce qui est clair pour l'outre-mer, c'est que tous les territoires auront un représentant parlementaire".

GIRARDIN SENAT DIMANCHE EN POLITIQUE

Réforme des congés bonifiés : "pas de décret pour juillet" annonce Annick Girardin

La ministre des Outre-mer a annoncé dimanche que le décret sur la réforme des congés bonifiés ne serait pas publié en juillet comme le prévoyait l'Elysée. Invitée de Dimanche en Politique sur France 3, Annick Girardin affirme vouloir négocier avec les syndicats et les parlementaires.

Annick Girardin était l'invitée de "Dimanche en Politique" ce 23 juillet.
Annick Girardin était l'invitée de "Dimanche en Politique" ce 23 juillet.
  • La 1ère
  • Publié le 23/06/2019 à 13:17
"Pas de décret pour juillet!" C'est la réponse faite par Annick Girardin à Francis Letellier qui l'interrogeait sur la réforme des congés bonifiés ce dimanche midi sur France 3 dans l'émission Dimanche en Politique. "Nous allons prendre un temps de négociation avec les syndicats et avec les parlementaires" a pousuivi la ministre. 
Pour justifier cette réforme, la ministre affirme qu’il s’agit de moderniser le décret en place datant de 1978 : "Pour aller Outre-mer, on y allait par bateau. Il fallait 15 jour pour aller, 15 jours pour revenir." Une réponse à ceux qui reprochent à l'Elysée de vouloir faire des économies sur le dos des fonctionnaires ultramarins. 

Inquiétudes

Emmanuel Macron a annoncé, il y a un an tout juste, une réforme de ces congés bonifiés, pour qu'ils soient moins longs mais qu'ils soient accordés tous les deux ans au lieu de trois actuellement. La réforme, prévue pour juillet, devait passer par décret. Cependant, le sujet a suscité inquiétude et colère chez les fonctionnaires ultramarins, qui se sont réunis dans un collectif, "les foulards marrons". 

Instaurés en 1978, les congés bonifiés sont des jours de congés supplémentaires accordés aux 35.000 fonctionnaires ultramarins installés dans l'Hexagone. Ils se composent de 65 jours (dont 35 jours de bonification) que les fonctionnaires ultramarins peuvent prendre d'affilée pour rentrer dans leur territoire d'origine, tous les trois ans. Ils bénéficient alors d'une prise en charge de leurs frais de voyage et d'une prime de vie chère pour le temps de résidence sur place.

DIMPOL LOGOA la fin du magazine, l'invité(e-s) politique expose son avis "Sur le vif " : La réforme des congés bonifiés en outre-mer, ci-dessus.

ANNICK GIRARDIN POSE DIMPOL MEDIA DIXIT WORLD

REPLAY DU MAGAZINE ICI

EQUIPE DIMANCHE EN POLITIQUE