200-TEASER-FAURE

Le 13 janvier 2019, Olivier Faure, premier secrétaire du Parti socialiste, est l’invité de "Dimanche en politique", le magazine politique de France 3. Il est  interrogé par Francis Letellier, avec à ses côtés Anne Rosencher, directrice déléguée de la rédaction de L’Express.

CITATION FRANCOIS MITTERRAND MEDIA DIXIT WORLD

Au sommaire

-  Après le retrait de Ségolène Royal, quelle tête de liste pour les élections européennes avec les socialistes ?  

 - Comment la gauche socialiste participera-t-elle au grand débat national ?

 - Y a-t-il continuité ou rupture entre le quinquennat de François Hollande et celuis d'Emmanuel Macron ?

 OLIVIER FAURE DIMPOL MEDIA DIXIT WORLD

Après le neuvième samedi de mobilisation des "gilets jaunes" samedi 12 janvier, qui a réuni 84 000 personnes dans les rues, Olivier Faure, premier secrétaire du Parti socialiste était l'invité de "Dimanche en politique."

Selon lui, les "gilets jaunes" ont compris que "leur mouvement avait une force liée au soutien massif de l'opinion". D'après l'homme politique, "c'est une force ce mouvement". "Je ne souhaite pas que le mouvement s'arrête", assure par ailleurs Olivier Faure. Le chef de parti estime que "ce mouvement (...) peut être une chance pour ce pays" car il permet de remettre à plat de grands débats.

OLIVIER FAURE GILETS JAUNES MEDIA DIXIT WORLD

"Ce président ne connaît pas et ne comprend pas son pays"

"Je pense à une remise à plat fiscale, écologique, à une remise à plat démocratique", insiste Olivier Faure. Concernant le grand débat national qui se prépare, il estime que le président Macron "ne connaît pas et ne comprend pas son pays".

Le socialiste tient à rappeler que les "gilets jaunes" "ne sont pas des fainéants, des assistés, mais ce sont des gens qui cherchent à pouvoir vivre dignement de leur travail". Pour autant, il juge que ce grand débat national peut être utile. "Moi, je souhaite y participer personnellement et je souhaite que les socialistes y participent avec leurs propositions et se fassent entendre dans un débat national", conclut Olivier Faure.

OLIVIER FAURE DEBAT NATIONAL MEDIA DIXIT WORLD

Grand débat: les socialistes doivent participer "avec leurs propositions" (Faure)

Paris, 13 jan 2019 -AFP-

Olivier Faure, premier secrétaire du PS, a souhaité dimanche que les socialistes participent "avec leurs propositions" au grand débat national qui doit être lancé mardi par Emmanuel Macron.

"Je veux ce grand débat parce que je pense qu'il faut prendre le président au mot. Il veut un grand débat, en tous cas il donne le sentiment de le vouloir, et bien allons-y", a-t-il lancé sur France 3.

"Je souhaite que les socialistes y participent avec leurs propositions et qu'ils se fassent entendre", a insisté Olivier Faure: "Par la force du débat faisons remonter toutes ces revendications que nous connaissons et donnons-nous l'occasion de porter ces messages jusqu'au plus haut".

Emmanuel Macron doit préciser le cadre de ce grand débat pour tenter de sortir de la crise des "gilets jaunes", dans une lettre aux Français attendue lundi.

Pour le responsable socialiste, le débat devra s'achever "par une négociation nationale qui permette de réintroduire les syndicats (...), le patronat, pour que la négociation puisse avoir lieu sur la base de ce qui sera remonté du terrain".

"Pour laisser le dernier mot aux Français", ce qui aura été négocié devra ensuite "être validé par le suffrage universel", a-t-il estimé.

"Donc si référendum il y a, ce ne doit pas être un référendum dont les questions seront choisies par le président, mais que ce soit pour valider les résultats d'une négociation nationale", a-t-il plaidé.

Interrogé sur les récentes déclarations du chef de l'Etat sur les Français et le "sens de l'effort", Olivier Faure a par ailleurs affirmé qu'Emmanuel Macron "ne connaît pas et ne comprend pas son pays".

Le président a loué vendredi "le sens de l'effort", en estimant que "beaucoup trop de nos concitoyens pensent qu'on peut obtenir" quelque chose "sans que cet effort soit apporté".

Mais, considère M. Faure, "ces femmes, ces hommes qui se sont levés pour manifester avec les gilets jaunes, ce ne sont pas des fainéants, des assistés, ce sont au contraire des gens qui cherchent à pouvoir vivre dignement de leur travail".

FAURE LETTRE AUX FRANCAIS MEDIA DIXIT WORLD

L'opposition dénonce une "provocation" de Macron sur le sens de l'effort

PARIS, 13 janvier -Reuters-

Le président "souffle sur les braises", dénonce ce week-end l'opposition dans le sillage des propos d'Emmanuel Macron expliquant vendredi les "troubles" du pays par le fait que trop de Français n'auraient pas le sens de l'effort.

Phrase "insupportable", "provocation", "arrogance", les partis, de Debout la France aux socialistes, fustigent cette nouvelle "petite phrase", signe selon eux d'une incurable déconnexion vis-à-vis des Français, sur fond de mobilisation en hausse des "Gilets jaunes".

Le chef de l'Etat s'adressait à "de jeunes apprentis qui ont fait le choix d'un métier très difficile, où l'on se lève très tôt le matin", a-t-il souligné, évoquant les artisans boulangers reçus à l'Elysée autour d'une galette des Rois.

"Les troubles que notre société traverse sont aussi parfois dus, liés au fait que beaucoup trop de nos concitoyens pensent qu'on peut obtenir sans que cet effort soit apporté, que parfois on a trop souvent oublié qu'à côté des droits de chacun dans la République (...) il y a des devoirs", avait déclaré Emmanuel Macron vendredi lors de cette réception.

Pour le Premier secrétaire du Parti socialiste Olivier Faure, cette phrase "est insupportable".

"Ça prouve une seule chose, c'est que ce président ne connaît pas et ne comprend pas son pays, précisément ces femmes et ces hommes qui se sont levés pour manifester avec des gilets jaunes, ce ne sont pas des fainéants", a-t-il déclaré sur France 3 dimanche.

"C'est une erreur que fait le président de la République Est-ce qu'il le fait consciemment? Il a la clé de ce mystère", a dit samedi sur Europe 1 le député La France insoumise Alexis Corbière. "S'il ne le fait pas consciemment, ça montre à quel point il est complètement déconnecté du quotidien populaire de la majorité de ce pays", a-t-il ajouté.

Le président de Debout La France, Nicolas Dupont-Aignan, a dénoncé pour sa part "un président irresponsable qui souffle sur les braises", dimanche au Grand

Rendez-vous Europe 1-CNEWS-Les Echos.

"Ce qui est insupportable pour les Français, c'est cette arrogance, où on a l'impression qu'Emmanuel Macron, avec cette fameuse galette, considère son peuple comme des enfants gâtés", a-t-il dit. "Un peuple qui est humilié, martyrisé, brutalisé, à un moment ça finit mal."

Le chef de file des Républicains (LR), Laurent Wauquiez, avait estimé vendredi dans un message sur Twitter qu'"en cette période où la priorité est le retour à la sérénité, le président doit lui avoir le sens des responsabilités et ne pas provoquer davantage de tensions".

(Julie Carriat, édité par Nicolas Delame- Reuters)

MACRON FAURE MEDIA DIXIT WORLD

Carvounas souhaite que Faure soit tête de liste pour le PS

Paris, 14 jan 2019 -AFP-

Le député PS Luc Carvounas a souhaité lundi que le premier secrétaire du PS Olivier Faure prenne la tête d'une liste socialiste aux élections européennes, après avoir soutenu une candidature de Ségolène Royal qui a finalement renoncé.

"J'espère que pour ma famille politique, nous serons au rendez-vous (pour le scrutin des Européennes le 28 mai), j'ai entendu qu'Olivier Faure était prêt à être candidat. Bah écoutez, s'il est candidat, et moi je souhaite qu'il le soit, nous ferons campagne pour dire quelle Europe nous voulons face à ces montées de populistes que l'on voit partout dans le monde désormais", a expliqué le député du Val-de-Marne sur RFI.

Le renoncement de l'ancienne ministre de l'Ecologie Ségolène Royal à conduire une liste, faute de rassemblement à gauche, a relancé les spéculations sur une candidature d'Olivier Faure pour le PS. "La solution logique et classique, c'est désormais Olivier Faure", a expliqué vendredi à l'AFP le sénateur Patrick Kanner.

Interrogé dimanche sur cette hypothèse, M. Faure a laissé toutes les possibilités ouvertes : "S'il n'y a pas de rassemblement, il ne faut rien exclure et à chaque étape de ma vie, j'ai fait le choix de la responsabilité", a-t-il répondu sur France 3.

Le député de Seine-et-Marne avait jusqu'à présent écarté cette hypothèse, incompatible avec sa fonction de premier secrétaire du PS.

            Le PS, qui continue de travailler à l'union des forces de gauche au côté de Place publique, dévoilera le 2 février sa stratégie pour les européennes, a-t-il précisé.

SEGOLENE ROYAL OLIVIER FAURE MEDIA DIXIT WORLD

DIMPOL LOGOA la fin du magazine, l'invité (e-s) politique expose son avis "Sur le vif " : Carlos Ghosn n'a pas payé ses impôts depuis 2012 en France, votre réaction ?

SUR LE VIF CARLOS GHOSN MEDIA DIXIT WORLD

REPLAY DU MAGAZINE ICI

EQUIPE DIMANCHE EN POLITIQUE