Dimpol-TEASER Ferrand

Richard Ferrand, président de l’Assemblée nationale, député LaREM du Finistère sera cette semaine l’invitéde « Dimanche en politique », le magazine politique de France 3.

Il sera interrogé par Francis Letellier avec à ses côtés, Frédéric Says, éditorialiste politique à France Culture.

Au sommaire :

  • Entre crise des gilets jaunes et menace terroriste accrue, quelle fin d’année pour l’exécutif ?
  • Comment les parlementaires feront face à l’accélération du calendrier imposée par le gouvernement ?
  • Emmanuel Macron a-t-il perdu son image de leader pro-européen en sortant de l’orthodoxie budgétaire ?
  • La proportionnelle sera-t-elle une des réponses à la crise de représentativité ?

    RICHARD FERRAND DIMPOL MEDIA DIXIT WORLD

    CITATION ALBERT CAMUS MEDIA DIXIT WORLD

La fin d'année s'annonce compliquée pour le gouvernement et les parlementaires, qui vont devoir faire rentrer dans la loi toutes les annonces faites par le président de la République pour améliorer le pouvoir d'achat des Français. Des "gilets jaunes" aux nouvelles mesure, le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand répond aux questions de Francis Letellier.

D'abord, à propos du mouvement des "gilets jaunes" : "Il faut prendre acte de ce qui a été porté, mettre à l’œuvre ce que le président de la République a pris comme engagement et qui a apaisé les 'gilets jaunes'", déclare-t-il. Du côté du gouvernement, Christophe Castaner a appelé à libérer les ronds-points. "Ce qui est certain, c'est qu'il n'est plus possible d'entraver la liberté de circulation (...). Les combats c'est fini, le débat c'est maintenant", soutient le président de l'Assemblée nationale.

L'ISF "fait fuir l'investissement"

Dès lundi 17 décembre, les députés vont s'attaquer aux mesures annoncées par le président : 100 euros de plus pour ceux qui sont payés au smic, suppression de la CSG pour les retraités en dessous de 2 000 euros, entre autres. "J'espère bien qu'il n'y aura pas de parlementaires pour faire obstruction à la mise en œuvre de ces mesures", explique-t-il. Des mesures qu'il souhaite adopter rapidement.

Dans les cahiers de doléances des maires ruraux, ce qui ressort est souvent l'ISF, la vaisselle de l'Elysée, la piscine de Brégançon et la limitation de vitesse à 80 km/h, note Francis Letellier. "Quel est le sens de cette mesure sur l'ISF ? En France, nous avons eu pendant des décennies cet impôt, est-ce que ça va mieux ? Non, ça fait fuir l'investissement et si ça fait fuir l'investissement, ça fait fuir l'emploi", défend Richard Ferrand. "La France a gagné la bataille de l'attractivité", complète-t-il.

ISF FERRAND MEDIA DIXIT WORLD

ISF 2 FERRAND MEDIA DIXIT WORLD

Ferrand invite les "gilets jaunes" à "aller aux élections"

Paris, 16 déc 2018 -AFP-

Le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand (LREM) a invité dimanche le mouvement des "gilets jaunes" à "aller aux élections" parce qu'il faut "être à fond dans la démocratie, pas seulement dans la contestation".

"Puisque chaque jour on nous dit +voilà les nouvelles propositions+, eh bien, qu'ils s'organisent, qu'ils fassent une plateforme de propositions et qu'ils aillent aux élections", a déclaré M. Ferrand dans l'émission "Dimanche en Politique" sur France 3.

Interrogé sur une éventuelle liste des "gilets jaunes" aux européennes en mai 2019, il a déclaré: "par exemple puisque c'est la prochaine échéance". Est-ce que ça ferait baisser le score du Rassemblement national de Marine Le Pen? "Ecoutez ça je n'en sais rien, ce n'est pas mon objectif", a ajouté ce proche d'Emmanuel Macron.

"Puisqu'il y a des personnes qui, au nombre de 65.000, voudraient régenter la vie de 65 millions, il y a quelque chose de très pratique qui s'appelle la démocratie, et la démocratie ça passe par les élections (...) Il faut être à fond dans la démocratie, pas seulement dans la contestation", a ajouté le président de l'Assemblée nationale.

Au lendemain d'une mobilisation en net recul, M. Ferrand s'est déclaré prêt à ouvrir le débat en ce qui concerne l'une des revendications phare des manifestants, l'introduction d'un référendum d'initiative citoyenne (RIC).

Mais "à condition que l'on fixe" certaines règles comme par exemple "le taux de participation" pour s'assurer "que l'expression populaire ne soit pas trahie par des minorités".

Il faut aussi vérifier qu'un référendum "soit pertinent" et éviter qu'il demande à "tripler toutes les retraites" pour mettre "l'État en faillite" ou à "révoquer tel ou tel ministre qui prendrait une mauvaise décision".

M. Ferrand a par ailleurs considéré que la réforme constitutionnelle, repoussée après la grande concertation nationale lancée par le gouvernement jusqu'en mars, "doit avoir lieu en 2019".

Elle prévoit notamment une réduction du nombre des parlementaires et l'introduction d'une dose de 15% de proportionnelle, "la bonne jauge" selon lui.

GILETS JAUNES ELECTIONS EUROPEENNES MEDIA DIXIT WORLD

"Gilets jaunes" Ferrand demande de "libérer" l'espace public

 PARIS, 16 décembre -Reuters- (Julie Carriat, édité par Danielle Rouquié)

Le président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand, appelle dimanche à un arrêt complet des blocages organisé par les "Gilets jaunes", quitte à faire appel aux forces de l'ordre.

"Il n'est plus possible d'entraver la liberté de circulation", a estimé Richard Ferrand sur France 3.

"Maintenant des mesures ont été prises, des réponses ont été apportées, deux lois vont être prises, un grand débat national va s'ouvrir, donc les combats c'est fini, le débat c'est maintenant", a-t-il ajouté.

"Ce qu'il faut, c'est que l'ensemble de l'espace public soit libéré pour la libre circulation", a-t-il poursuivi.

Il a évoqué la possibilité de faire intervenir les CRS et les gendarmes à la campagne. "La paix civile est nécessaire", a-t-il fait valoir.

Des blocages et barrages filtrants étaient toujours en place dimanche en France, au lendemain d'un l'"acte 5" du mouvement marqué par une forte baisse de mobilisation.

Le concessionnaire autoroutier Vinci fait état dans un communiqué d'une poursuite des perturbations notamment sur l'A7 reliant Lyon à Marseille à cause des manifestations mais aussi des dégradations commises dans la nuit (feux).

ROND POINT GILETS JAUNES MEDIA DIXIT WORLD

DIMPOL LOGOA la fin du magazine, l'invité (e-s) politique expose son avis "Sur le vif " : Richard Ferrand s'est mis en mode rond-point, pas eu le temps de sortir pour la rubrique.

 

REPLAY DU MAGAZINE ICI

EQUIPE DIMANCHE EN POLITIQUE

Beautiful_Christmas_GIF_Animation

BONNES FÊTES A TOUS ! MERCI POUR VOTRE FIDÉLITÉ. NOUS NOUS RETROUVONS EN JANVIER 2019 !