TEASER Penicaud MEDIA DIXIT WORLD

Le 8 avril 2018, Muriel Pénicaud, ministre du Travail, est l’invitée de "Dimanche en politique", le magazine politique de France 3. Elle est interrogée par Francis Letellier, avec à ses côtés Renaud Dély, directeur de la rédaction de Marianne.

LETELLIER PENICAUD MEDIA DIXIT WORLD

PENICAUD LETELLIER MEDIA DIXIT WORLD

Au sommaire

- Face aux grèves et contestations sociales, Emmanuel Macron est-il au milieu du gué ?

- Le temps de la concertation et du dialogue est-il derrière nous ?

- Après les ordonnances Travail, y aura-t-il un "big bang" de la formation professionnelle ?

- Moins d’élus, moins de syndicats, les corps intermédiaires doivent-ils disparaître au nom de l’efficacité ?

bandeau-dimanche-en-politique-2878241Le climat social est en train de changer, il se tend, les conflits se multiplient, avec la SNCF, Air France, les universités, les EHPAD... Est-ce que cette période est un tournant, alors qu'au début du quinquennat rien ne semblait résister au gouvernement ? "Je ne pense pas que c'est un tournant, a affirmé Muriel Pénicaud, ministre du Travail, mais le pays n'a pas eu de réformes profondes depuis 10, 15 ans dans certains domaines. Le Code du travail c'était plutôt 30 ans, le résultat, c'est qu'on a beaucoup de choses qui ne fonctionnent pas dans le pays. Je crois que c'est pour ça que les Français ont élu Emmanuel Macron, et qu'il a nommé ce gouvernement, c'est pour faire des transformations. Simplement, maintenant, il y a beaucoup de transformations en cours."

PENICAUD SNCF MEDIA DIXIT WORLD

"Il faut protéger les plus vulnérables"

Le nouveau projet de loi de la ministre, "Choisir son avenir professionnel", qui arrivera en Conseil des ministres à la fin du mois, suscite des interrogations, notamment sur ce qu'on appelle les "permittents", des gens qui alternent périodes de travail et périodes de chômage. Ces salariés qui peuvent cumuler revenus et allocations chômage pourront-ils toujours le faire ? "Ce sont les partenaires sociaux qui ont déjà, à plusieurs reprises, défini les règles de 'comment on peut aller d'une activité à l'autre'. Donc ce sont eux qui définissent les règles, simplement on leur a demandé d'évaluer le résultat de ce qu'ils ont fait, pour être sûrs que ça encourage les employeurs à aller vers le CDI, et pas l'inverse. (...) Supprimer, ça n'a aucun sens, évidemment qu'il faut protéger les plus vulnérables, personne n'imagine le supprimer", a insisté la ministre.

ORDONNANCE PENICAUD MEDIA DIXIT WORLD

UNEDIC PENICAUD MEDIA DIXIT WORLD

POLE EMPLOI PENICAUD MEDIA DIXIT WORLD

EMPLOI PENICAUD MEDIA DIXIT WORLD

Licenciement d'un syndicaliste à La Poste: Pénicaud défend son feu vert
Paris, 8 avr 2018 (AFP)
La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a défendu dimanche sa décision d'autoriser le licenciement d'un responsable syndical de La Poste, condamné pour séquestration, faisant valoir que le refus de ses prédécesseurs avait été invalidé par le tribunal administratif.

La direction générale du travail (DGT), qui est sous sa tutelle, a autorisé le licenciement pour faute grave de Gaël Quirante, secrétaire du syndicat SUD Poste dans les Hauts-de-Seine, condamné pour la séquestration en 2010 de cadres pendant une grève.

Ce feu vert ministériel avait fait polémique, SUD dénonçant un cas de discrimination syndicale et Jean-Luc Mélenchon, leader de la France insoumise, déplorant "une vision des rapports de classe entièrement basée sur la violence et la répression". "Beaucoup de choses fausses circulent", s'est défendue Mme Pénicaud dans l'émission Dimanche en politique sur France 3.
"Avant que la condamnation en appel au pénal arrive, mon prédécesseur avait refusé" le licenciement, a-t-elle rappelé, mais "l'année dernière, le tribunal administratif a jugé illégale" cette décision "puisqu'il y a eu condamnation pénale". "Condamné au pénal, ce n'est pas une petite chose", a-t-elle ajouté.
La ministre a assuré que si elle avait refusé à son tour, elle aurait "été condamnée de même par le tribunal administratif".
"Moi, j'estime qu'un ministre n'est pas au-dessus de la justice. Quand il y a deux condamnations pénales et une condamnation du tribunal administratif qui invalide la décision des prédécesseurs sur ce sujet, je considère que mon devoir, c'est une certaine neutralité par rapport à la justice", a-t-elle tranché.

GAEL QUIRANTE 1 MEDIA DIXIT WORLD

GAEL QUIRANTE 2 MEDIA DIXIT WORLD

DIMPOL LOGOA la fin du magazine, l'invité (e-s) politique expose son avis sur "un bruit qui court..." : Facebook met-il en danger la protection des données des inscrits ?

FACEBOOK PENICAUD MEDIA DIXIT WORLD

REPLAY DU MAGAZINE ICI

EQUIPE DIMANCHE EN POLITIQUE