TEASER PHILIPPOT

Le 1er avril 2018, Florian Philippot, ancien numéro 2 du FN, fondateur du mouvement Les Patriotes, est l’invité de "Dimanche en politique", le magazine politique de France 3. Il est interrogé par Francis Letellier, avec à ses côtés Cécile Cornudet, éditorialiste aux Echos.

LETELLIER PHILIPPOT MEDIA DIXIT WORLD

Au sommaire

- La figure du héros et l’appel à l’unité nationale suffiront-ils à lutter contre le terrorisme et l’antisémitisme ?

- La contestation peut-elle venir de l’université ?

- Grèves contre réformes, le printemps sera-t-il chaud ?

- Florian Philippot peut-il exister sans le FN ?   

dimanche en politique1

Au sujet des attentats terroristes de Trèbes (Aude), Florian Philippot dit avoir trouvé Emmanuel Macron "à la hauteur" lors de son discours aux Invalides, mais regrette que ce message soit selon lui "déjà oublié", et demande des "actes". Il réclame, pour lutter contre cette "guerre asymétrique", "un nouveau droit, un code, une nouvelle législation", qui permettrait de "mettre dehors les fichés S étrangers" et de "déchoir de leur nationalité les fichés S binationaux, puis de les expulser". Il réclame en outre la fermeture des mosquées salafistes.

PHILIPPOT TERRORISME MEDIA DIXIT WORLD

Le souverainisme "dilué" dans l'union des droites

Interrogé au sujet de la dynamique de son parti, créé depuis son départ du Front national après l'échec de la présidentielle, Florian Philippot assure se réjouir de voir de plus en plus de monde adhérer aux Patriotes. "Nous serons présents, bien sûr, aux élections européennes", annonce-t-il, avec une liste qu'il pourra mener si les instances du parti lui "font confiance" afin de mener son combat principal, "la sortie de la France de l'Union européenne". Il s'insurge notamment contre une "union des droites", impossible selon lui, entre Marine Le Pen, Nicolas Dupont-Aignan et Laurent Wauquiez, dans laquelle il accuse ces derniers de "diluer le souverainisme".

MARINE LE PEN PHILIPPOT DEBAT PRESIDENTIEL MEDIA DIXIT WORLD

MELENCHON LE PEN PHILIPPOT MEDIA DIXIT WORLD

Philippot "tend la main" à Guaino, Lassalle, Todd ou Onfray

 Paris, 1 avr 2018 (AFP)
Le président des Patriotes Florian Philippot a déclaré dimanche qu'il tendait "fraternellement la main" à Henri Guaino, Jean Lassalle mais aussi aux "intellectuels" Emmanuel Todd et Michel Onfray, car "il y a urgence à se rassembler pour la France".
Invité de "Dimanche en Politique" sur France 3, l'ancien numéro deux du FN a estimé qu'une éventuelle union des droites rassemblant Marine Le Pen (FN), Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France) et Laurent Wauquiez n'aurait "pas de sens". "Je suis en désaccord fondamental avec une stratégie (d'union) que je vois se dessiner" mais "ça ne va pas se faire" car "ils sont trop différents", a-t-il ajouté.
L'eurodéputé a plaidé pour "un patriotisme rassembleur" "au delà des mornes frontières de la droite", notamment avec les "Insoumis qui sont pris en otage par les ambiguïtés de La France Insoumise" de Jean-Luc Mélenchon, selon lui.
"Je tends fraternellement la main à des gens qui me semblent sincères", a-t-il lancé, citant "le gaulliste" Henri Guaino, ancien député LR et ancien conseiller spécial de Nicolas Sarkozy à l'Élysée, les ex-candidats à la présidentielle Jean
Lassalle ou François Asselineau, ainsi que les intellectuels Emmanuel Todd ou Michel Onfray. "On aura des points de désaccord mais il y a urgence à se rassembler pour la France", selon lui. M. Philippot a aussi confirmé son intention de mener une liste "en faveur du Frexit (sortie de la France de l'Union européenne)" aux élections européennes de 2019.
"Nous ne voulons pas diluer le souverainisme dans l'union des droites". Par ailleurs, le chef de file des Patriotes, qui revendique 7.000 adhérents, a affirmé soutenir "à 100%" le mouvement de grève à la SNCF "contre la libéralisation
européenne". "Le tout libéral est en train de dévorer l'Etat", a-t-il estimé.

poisson-avril

LASSALLE UN POISSON D'AVRIL POUR PHILIPPOT ?

LASSALLE PHILIPPOT MEDIA DIXIT WORLD

PATRIOTES PHILIPPOT MEDIA DIXIT WORLD

 

bandeau-dimanche-en-politique-2878241

A la fin du magazine, l'invité (e-s) politique expose son avis sur "un bruit qui court..." : Faut-il évacuer la ZAD ?

BUIT QUI COURT LA ZAD

REPLAY DU MAGAZINE ICI

EQUIPE DIMANCHE EN POLITIQUE