18E FESTIVAL INTERNATIONAL DE CERF-VOLANT DU SAMEDI 6 SEPTEMBRE AU DIMANCHE 14 SEPTEMBRE 2014

ARTICLE A PARAITRE DANS LES NOUVELLES DE L'INDE FIN 2014

visuel-festival-Originalcv

UNE ENVOLEE INDIENNE AU FIRMAMENT DIEPPOIS

 

Ce festival international est le signe d’une ville qui a fait le choix de l’amitié entre les peuples. La cité maritime accueil le Monde, avec à l’honneur,  deux pays mythiques : l’Inde et l’Indonésie sur le front de mer dieppois.

 

Une édition 2014 placée sous le signe de la luminescence : 34 délégations, et,  plus  de 750 000 visiteurs. Le festival international de cerf-volant de Dieppe, la plus importante au monde, s’est tenu du 6 au 14 septembre de cette année grâce à la ville, organisatrice.

 

A chaque édition, amateurs comme professionnels venus des 5 continents se réunissent sur les huit hectares de pelouse de la Haute- Normandie.  En collaboration avec "l'association Dieppe, capitale du cerf volant" divers partenariats dont : ICCR, Office du Tourisme Indien, Air India, Inde à Paris, ….ont contribué au festival.

 

Qu’elle s’inscrive dans les disciplines de cerf-volant traditionnelles, artistiques, historiques, de combats ou sportives, cette pratique du cerf-volant s’impose comme une parenthèse « zen » dans l’esprit du public, créant une sensation de liberté, de voyage en quête d’inconnu et de relations humaines.

 

Un amphithéâtre entre la ville et la mer baigné par la lumière de la Côte d’Albâtre se fait scène en couleur et merveilles. 

 

L’existence des cerfs-volants en Inde est lointaine mais durant le règne de Shah Alam, début du XVIII siècle, ils n’ont cessé de prendre de l’ampleur. Les empereurs moghols ont d’ailleurs beaucoup appuyé le développement du cerf-volant dans le pays. Il est d’ailleurs associé à des célébrations comme lors de la fête de l’indépendance le 15 août à Delhi ou la fête de la république le 26 janvier à Kolkata (Calcutta)… Le patang « Cerf-volant » est vraiment emblématique en Inde.

KITE DIEPPE

 

Madame Apoorva Srivastava, en digne représentante de l’ambassade de l’Inde, assista à la cérémonie d’ouverture ce jour-là ainsi que Monsieur Azarie Aroulandom, coordinateur de la partie indienne du festival. 

Apoorva Srivasta Azarie Aroulandom Sébastien Jumel

 

M. A. Aroulandom, Mme A. Srivastava et M. le maire de Dieppe, Sébastien Jumel

 

Dans les cerfs-volistes Indiens, la Team Mangalore, groupement international de passionnés de cerf-volant a apporté les siens : décoratifs en tissu, inspirés de personnages de danse et de théâtre comme Vibhishana, Yakshagana, Bootha kola, ou encore du Kathakali ... Ils ont a fait le trajet depuis la ville de Karnataka (sud-est de l’Inde) pour faire découvrir leurs créations, ils étaient accompagnés de leur artiste Dinesh Holla que j’ai eu le plaisir et le privilège de rencontrer très brièvement, Dinesh est également l’illustrateur de l’affiche du festival 2014.

 DIEPPE 4

 

 UNE PAUSE FLOTTANTE AVEC DINESH HOLLA

DINESH HOLLA PORTRAY 1

 

 

Quel est votre métier ? Je fais beaucoup de travaux d’art en tant qu’artiste indépendant : des cerfs-volants, des tableaux, des conceptions de logos pour des compagnies et j’écris, également,  des poèmes. Je suis quelqu’un de très engagé aussi dans mon projet « Yettinahole project » : un plan pour la déviation des eaux de crue de Sakleshpur (Ouest) aux secteurs de Kolar/Chikkaballapur (Est), c’est un peu long à expliquer mais c’est vital, croyez- moi !

 

 

Aimez-vous la France ? A chaque fois que je viens, je cours partout et je n’ai pas vraiment le temps de visiter car je viens surtout pour travailler. C’est ma quatrième participation au festival ! A part ça,  j’adore Paris, une ville en fusion culturelle permanente.

 

Comment avez-vous été amené à dessiner l’affiche (photo) du festival ? Auparavant, je venais pour dessiner et fabriquer des cerfs-volants sur le festival, beaucoup de gens m’observaient et voulaient des dessins et face à cela, l’organisation, m’a demandé de conceptualiser l’affiche officielle. Un vrai honneur !

 

 

Êtes-vous dans la compétition ? Non du tout !  Et d’ailleurs je ne suis pas cerf-volantiste même si j’en crée ! Je souhaite le meilleur pour la team Mangalore, je la soutiens avec tout mon cœur !

 

Que pensez-vous des autres représentants, des concourants ? Intéressant et l’Indonésie possède de belles œuvres.

 

Quelles sont vos influences, vos inspirations dans votre travail ? Par exemple pour dessiner ? Je m’inspire beaucoup « the Western Ghats » ou Sahyadri Hills, une immense chaine de montagnes très riche par sa biodiversité. Ma dernière exposition s’intitulait grâce à elle « Pebbles » / Cailloux.

 

Que tirez-vous de cette expérience ? Un bonheur, de belles mentalités entre nations réunies rien que par des cerfs-volants !

 

Plus d’informations sur : www.indiankites.com

DIEPPE 5

 

 

 

Deuxième présence indienne : Rabîndranâth Khâtur dit Tagore.

 

Rabindranath-Tagore (1)

 

« Jamais sans Tagore ! »

 

Clame l’organisateur de la partie indienne, Azarie Aroulandom n’a accepté cette mission qu’au nom de Tagore ! Depuis plus de 10 ans, il promeut la vie et l’œuvre du poète à travers de multiples actions. C’est lorsqu’il était étudiant, que cet ancien professeur des universités, consultant international et médaillé sous-peu de chevalier  de l’ordre des arts et des lettres a eu le déclic…

Et tant que digne « messager et serviteur » de Tagore, il parcourt le monde pour honorer sa mémoire  et transmettre son héritage. Poète, musicien, chanteur, danseur, dramaturge, écrivain, peintre, pédagogue, enseignant, philosophe, maître spirituel, visionnaire, humaniste et homme de Paix, Tagore, le 1er non-occidental, 1er asiatique et 1er Indien à recevoir le prix Nobel de Littérature en 1913, joua un grand rôle dans la réforme sociale en créant l’université internationale de Vishva-Bharati dans le but de concilier les traditions indiennes et occidentales.  Il fut ainsi, un précurseur dans le domaine de l’éducation sur le rapprochement entre l'Occident et l'Orient en amorçant la rencontre des Cultures et des Civilisations. C’est un des pères de la littérature moderne indienne. Ses œuvres ont été traduites dans plus de 60 langues. Azarie, en bon disciple, a crée l’association « Tagore Sangam » qui signifie en sanscrit « la rencontre de Tagore ». A Dieppe, a été présentée, l’exposition de valeur « Sur les pas de Tagore », trésor d’un patrimoine au service de la culture dieppoise. Et d’ailleurs ce soutient, il le doit au Haut Patronage de l’ambassade de l’Inde en France, à celui de l’Unesco et du ministère de la culture.

Tagore et Azarie 1

 

Longue vie à Tagore…

 

 

Laurent Adicéam-Dixit